ça alors !

Arrêtons de nous toucher le visage, c’est un geste à risque avec le coronavirus

On a tendance à se toucher le visage quand on est anxieux, ému, stressé, ou embarrassé...

se toucher le visage

C’est une mauvaise habitude dont nous aurons sans doute du mal à nous défaire. Nous touchons machinalement notre visage jusqu’à 3.000 fois au cours de la journée.

On s’essuie les yeux, se gratte le nez, on se ronge les ongles… Or, juste le fait d’ajuster ses lunettes sans s’être lavé les mains peut suffire à s’infecter.

En analysant la quantité de virus trouvé sur les mains de chaque personne, les scientifiques ont pu démontrer que le contact était un risque majeur dans la transmission des maladies. D’où les recommandations des autorités sanitaires: se laver les mains et ne pas se toucher le visage afin de limiter la propagation du coronavirus.

Pourquoi touchons-nous sans cesse notre visage ?

Des études ont démontré que des étudiants lors d’une conférence, des employés de bureau ou même les passagers des trains se touchent le visage en moyenne 23 fois par heure.

On a tendance à se toucher le visage quand on est anxieux, ému, stressé, embarrassé, ou juste comme ça, sans raison particulière. Cette habitude, qui peut devenir une manie, nous procure toujours un apaisement immédiat, et c’est ce qui la rend si difficile à supprimer.

Changeons nos habitudes

Evidemment, on pourrait se procurer le fameux « Immutouch », bracelet doté de capteurs de mouvement, qui se met à vibrer dès que son propriétaire approche la main de son visage.

Ou bien, comme le suggère le Huffington Post, on pourrait mettre des gants en laine épaisse et bien râpeuse pour rendre la sensation de toucher désagréable, mais les gants pourraient aussi contenir le virus… 

Nous avons déjà changé certaines habitudes. Ainsi, on tousse dans son coude plutôt que dans sa main, et on salue les gens par un signe de la main ou avec un coup de coude plutôt qu’en leur serrant la main.

Mais le toucher du visage est un geste dont on ne se rend pas compte.

Alors il faut essayer d’en prendre conscience.ex ministre de la santé se ronge les ongles

  • Chaque fois qu’on se touche le visage, on peut réfléchir à l’envie ou la sensation qui a précédé le geste et la situation dans laquelle on se trouve. On peut aussi demander à ceux qui nous entourent de nous le faire savoir.
  • Si c’est une habitude fréquente, ancrée, on pourrait même noter quand et comment cela se passe, par exemple : « à telle heure, je me suis gratté le nez, il me démangeait, j’étais assis devant l’ordi…à telle heure, devant la télé, je me suis mangé les peaux autour d’un ongle, ça m’énervait« … 
  • Et pour aller plus loin, on peut mettre ce mini journal sur les réseaux sociaux, genre « comment je me suis débarrassé d’une mauvaise habitude ».

Rompre avec ses mauvaises habitudes nécessite de faire preuve de volonté. Si malgré tout, on n’y arrive pas, alors il faudra trouver une autre mauvaise habitude moins dangereuse pour notre santé en ces temps de pandémie.

Je laisse libre cours à votre imagination fertile…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :