ça alors !

Courir pieds nus ? Mais pourquoi pas !

Plus la vibration d'un endroit est élevée, plus on peut y puiser de l'énergie vitale.

34019-ec0ae19d02def3e7dc80ff407659d73a

Toute la sainte journée, j’entends des patients me parler de la communion avec la nature, du taux vibratoire de la terre, de la charge d’énergie positive procurée par le contact des mains et du sol…Je les crois, je suis sûre même qu’ils ont raison.

Pourquoi s’ancrer à la terre ?

Toucher la terre apaise, reconnecte le corps et l’esprit, stimule la concentration. Pieds nus, on s’ancre à la terre, on s’enracine, on prend conscience de son corps, on lâche prise et on laisse les émotions négatives s’écouler dans le sol. En retrouvant la simplicité, la stabilité, on revient dans le présent et dans l’acceptation de soi. 

En fait l’être humain est constitué de sept corps et chaque corps recèle une énergie vibrant à un niveau plus élevé et plus subtil que le précédent. Les changements du niveau vibratoire de la Terre vont retentir sur le corps physique (matière) mais surtout sur le psychisme (corps mental) et le spirituel (corps spirituel) des êtres humains.

Selon les endroits, la planète Terre présente de très grandes variations de taux vibratoires, allant de taux négatifs très bas à des taux extrêmement élevés. Les sites archéologiques ou sacrés comme Stonehenge ou le Machu Pichu peuvent avoir des taux extrêmement élevés. Et plus la vibration d’un endroit est élevée, plus on peut y puiser de l’énergie vitale.

Courir pieds nus

Soyons plus pragmatiques: les amoureux de la course à pieds sans chaussures font l’éloge de la liberté ressentie en courant pieds nus, et de la connexion avec la nature.

Des chercheurs ont observé que les champions qui couraient pieds nus ne se faisaient jamais mal : pas de tendinite, pas de problème musculaire, pas de rigidité de la voûte plantaire, pas de rupture de ce sacré tendon d’Achille, pas d’ampoules, rien, rien, rien.

En général, le pied s’adapte à la surface sur laquelle on court. Cette faculté d’adaptation permet d’éviter les traumatismes des membres inférieurs et même de la colonne vertébrale. En recueillant une information, le pied l’amortit et permet une adaptation de tout le corps.

Ensuite, après 1h de course, le pied s’échauffe, gonfle d’environ 8 % et transpire.  Autant de causes d’inconfort à l’intérieur d’une chaussure que les pieds nus ignorent.

Pourquoi se débarrasser des chaussures ?

Notre corps est fait pour marcher ou courir pieds nus : le développement de la foulée étant plus dynamique, la plante entre en premier en contact avec le sol, puis le talon vient toucher, se relève, la plante suit puis les orteils propulsent le coureur.

L’atterrissage se fait sur l’avant du pied, alors qu’avec nos chaussures, on retombe sur les talons qui supportent alors 3 ou 4 fois le poids de notre corps, ce qui crée des micro-traumatismes au niveau des genoux et des hanches en particulier.

La peau du pied contient des récepteurs de pression et de température. En contact direct avec le sol, elle donne des informations sur ses caractéristiques: chaud, humide, glissant, friable. En recueillant ces informations le pied les absorbe en douceur et permet une adaptation de tout le corps.

Muscles, tendons et articulations contiennent aussi des récepteurs permettant d’adapter la position du pied dans l’espace et d’éviter les torsions ou entorses.

Et voilà, c’est génial de courir dans le sable, non ? Mais pour le vrai coureur, celui ou celle qui fait du running en forêt, sur du gravier ou sur du bitume, ça fait mal et par terre, il y a plein d’aspérités qui blessent.

Alors, que faire quand on a pas une plage à portée de main ?

Des conseils

L’adaptation est longue, du coup les premières séances devront être très courtes, sur un sol sans difficultés. Les sensations douloureuses ressenties au cours des premières étapes sur des terrains difficiles, sont dues non pas à l’endommagement des tissus, mais à l’hypersensibilité de la plante des pieds.

Ces sensations disparaissent après quelque temps de pratique

Attention : la douleur est un signal qui ne doit pas être ignoré. On doit inspecter minutieusement ses pieds et si cela persiste, arrêter.

Quand on court pieds nus, il est fréquent d’avoir des courbatures bizarres : c’est normal, le capiton plantaire, au début, ne va pas remplacer des semelles épaisses.

Pour ceux qui veulent tenter cette échappée belle, il faut commencer par courir lentement, 5 minutes, 2 fois par semaine d’abord, puis monter en puissance et en fréquence pour arriver à développer et endurcir la peau, les muscles, les tendons qui ont été dorlotés pendant des années.

Un peu de constance dans l’effort et les pieds adopteront une courbure accentuée, un dynamisme particulier, une endurance nouvelle pour un plaisir renouvelé.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s